Annonces

Les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) doivent faire particulièrement attention à leur santé et à leur alimentation pour rester en bonne santé. Voici quelques conseils alimentaires d’experts pour vous.

Le SOPK est un trouble hormonal fréquent chez les femmes en âge de procréer.

Il est probable qu’une personne souffrant du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) se soit vu conseiller certains aliments qui sont bons pour elle et d’autres qu’elle doit éviter pour garder son poids et contrôler son taux d’hormones. Mais le fait est qu’il n’y a pas de groupes d’aliments à éviter ou à consommer en grande quantité. Il s’agit simplement de faire le bon choix au bon moment et en bonne quantité.

Voici 7 faits concernant les habitudes alimentaires saines en cas de SOPK :

vous n’êtes pas obligée de faire un régime sans gluten :

De nombreuses femmes essaient de suivre un régime sans gluten en pensant que cela les aidera à perdre quelques kilos superflus. Cependant, il n’existe aucune étude scientifique pour le prouver. On perd généralement du poids en mangeant globalement moins de calories.

Certaines femmes atteintes du SOPK souffrent de la maladie cœliaque ou d’une sensibilité au gluten. Pour ces femmes, éviter le gluten peut réduire leurs symptômes et donc les aider à se sentir mieux. Mais toutes les femmes n’ont pas besoin de suivre un régime sans gluten.

les produits laitiers peuvent être consommés :

De nombreuses personnes conseillent aux femmes atteintes du SOPK d’éviter les produits laitiers. Cependant, le lait et les produits à base de lait sont riches en calcium et en protéines. Ils peuvent augmenter le taux d’androgène et d’insuline mais une quantité limitée ne fait jamais de mal. Une femme n’a donc pas besoin d’éviter complètement les produits laitiers. De petites portions par semaine suffisent si l’on n’a pas d’allergie.

Prenez un petit-déjeuner plus copieux pour améliorer les niveaux hormonaux

Les femmes souffrant de SOPK devraient prendre un petit-déjeuner de taille royale, un déjeuner de taille royale et un dîner de taille modeste. Manger un petit-déjeuner plus copieux est susceptible d’améliorer la sensibilité à l’insuline et de diminuer les niveaux d’androgènes. Il permet également de rester rassasié pendant une bonne partie de la journée.

les fruits sont autorisés :

Les fruits sont riches en vitamines, minéraux, fibres et antioxydants importants qui offrent un certain nombre d’avantages aux femmes atteintes de SOPK. Choisissez des fruits comme les pommes, les myrtilles, les fraises, etc. qui ont la peau. Ces fruits ont tendance à avoir un indice glycémique plus faible que les fruits sans peau, comme l’ananas, la pastèque, etc.

Vous pouvez vous laisser aller à vos envies de sucreries :

Il est conseillé aux femmes souffrant de SOPK d’éviter les desserts et les sucreries, mais elles peuvent être appréciées dans le cadre d’un régime SOPK si elles sont consommées avec modération. Un cube de chocolat noir à 70 % peut satisfaire les envies de sucreries et également riche en antioxydants qui ne causeront aucun dommage. Alors n’hésitez pas à céder à vos envies de sucreries de temps en temps, mais avec modération.

Privilégiez les aliments contenant des acides gras oméga-3 :

Les acides gras oméga-3 sont présents dans les poissons gras comme le saumon et les sardines, ainsi que dans les graines de chia. Ces acides gras sont bons pour le cœur et anti-inflammatoires. Les oméga-3 aident à réguler les niveaux d’hormones qui affectent la sécrétion de testostérone. Les aliments riches en acides gras oméga-3 peuvent donc s’avérer très utiles pour les femmes souffrant de SOPK.

Évitez uniquement les aliments qui ont tendance à vous gêner :

Tout le monde a des aliments qu’il ne tolère pas ou qui le dérangent. Il est important de connaître les intolérances ou les sensibilités alimentaires qui provoquent des troubles gastro-intestinaux après leur consommation, comme des ballonnements, des gaz ou des indigestions. Vous devez éviter ces aliments car ils ne vous aideront pas à guérir du SOPK et constitueront un obstacle à votre régime alimentaire favorable au SOPK.

Biographie de l’auteur : Le Dr Aruna Kalra est gynécologue et obstétricien senior à l’hôpital CK Birla de Gurugram.