Annonces

De nombreuses personnes pensent que les aliments pauvres en matières grasses sont automatiquement plus sains que les produits entièrement gras. Un point de vue qui ne peut pas être maintenu, comme l’a montré une étude. Elle a identifié un lien entre les produits laitiers à faible teneur en matières grasses et la maladie de Parkinson.

De nombreuses personnes pensent que les aliments pauvres en matières grasses sont automatiquement plus sains que les produits entièrement gras. Un point de vue que l’on ne peut pas laisser passer, comme l’a montré une étude. Elle a identifié un lien entre les produits laitiers pauvres en matières grasses et la maladie de Parkinson.

Le verre de lait écrémé le matin, un peu de lait écrémé dans le café et plus tard, pour le plaisir, un délicieux yaourt glacé. Cela semble à première vue être bon pour la santé – mais selon une étude de l' »American Academy of Neurology », ce comportement alimentaire peut être néfaste. Ainsi, la consommation de produits laitiers pauvres en matières grasses augmente apparemment le risque de maladie de Parkinson.

DEROULEMENT DE L’ETUDE

L’étude est une méta-analyse basée sur deux études à long terme déjà existantes. D’une part, les scientifiques ont analysé les données de la « Nurses’ Health Study » – des informations recueillies auprès de 80.736 femmes sur une période de plus de 25 ans. D’autre part, les chercheurs ont pris en compte dans leur analyse les données de 48.610 hommes de la « Health Professionals’ Follow-up Study ». Au total, 1.036 sujets avaient développé la maladie de Parkinson pendant la période de collecte des données.

Les responsables de l’étude de l’American Academy of Neurology » ont examiné les types de produits laitiers consommés par les sujets. Cette liste de produits comprenait notamment du lait, de la crème, du fromage, du yaourt, de la glace, du beurre, de la margarine et de la poudre effervescente. Ils ont ensuite analysé les données relatives aux habitudes alimentaires et aux maladies des participants à l’étude afin d’établir un lien entre le lait entier ou le lait écrémé et le risque de développer la maladie de Parkinson.

Lien entre les produits laitiers allégés et le risque de maladie de Parkinson

Les scientifiques n’ont pas pu démontrer de lien entre la consommation de produits laitiers entiers et la maladie de Parkinson. La situation était différente pour les produits laitiers allégés.

Les sujets qui consommaient au moins trois produits laitiers allégés par jour présentaient un risque de maladie de Parkinson supérieur de 34 pour cent à celui des personnes qui consommaient moins d’une portion (mesurée par la quantité indiquée sur l’emballage alimentaire) par jour.

Les chercheurs ont également examiné l’effet spécifique de la consommation de lait écrémé et de lait écrémé. Ils ont constaté que les personnes qui consommaient plus d’une portion de lait écrémé par jour avaient 39% de risques en plus de souffrir de la maladie de Parkinson que celles qui en consommaient moins d’une portion par semaine.

La consommation de sorbet ou de yaourt glacé était associée à une légère augmentation du risque de maladie de Parkinson.

Mise en perspective des résultats de l’étude

Dans un communiqué de presse relatif à la méta-analyse, les responsables de l’étude indiquent que malgré le lien observé entre la consommation de produits laitiers pauvres en matières grasses et la maladie de Parkinson, le risque de maladie était généralement faible. Ainsi, parmi les 5830 personnes qui ont déclaré au début de l’étude consommer au moins trois portions par jour, seules 60 (environ 1 pour cent) avaient développé la maladie neurologique pendant la période de l’étude. Parmi les 77.864 sujets qui consommaient moins d’une portion de produits laitiers allégés par jour, 483, soit 0,6 pour cent, ont développé la maladie de Parkinson.

Conclusion

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour pouvoir vraiment affirmer que les produits laitiers pauvres en matières grasses sont un déclencheur de la maladie de Parkinson. Mais ce que la méta-analyse a pu mettre en évidence, c’est que le fait de consommer des produits laitiers allégés ou entiers semble faire une différence. La quantité de produits consommés peut également avoir un impact sur la santé. « Notre étude est l’analyse la plus complète à ce jour sur les produits laitiers et la maladie de Parkinson », a expliqué Katherine C. Hughes, chercheuse à Harvard qui a participé à l’étude. « Les résultats démontrent une légère augmentation du risque de maladie de Parkinson en cas de consommation accrue de produits laitiers à faible teneur en matières grasses. De tels produits laitiers, consommés en grande quantité, pourraient éventuellement être un facteur de risque modifiable pour la maladie ».